Disques

Debussy - Préludes pour piano, livres 1 et 2

10 euros

L’intégrale des Préludes de Debussy vient de recevoir un MEZZO M.

La nouveauté de Paraty pour la rentrée sera consacrée à l’intégrale des préludes de Debussy. Enregistré par Ivan Ilic, pianiste américain d’origine serbe, à la Salle Cortot.

Le pianiste américain Ivan Ilić (visiblement d'origine serbe), en enregistrant rien de moins que les deux Livres des Préludes, intègre le cercle très compétitif des interprètes de Debussy au piano - tels que Gieseking, Zimerman, Rogé, Bavouzet, Arrau (particulièrement pour le Livre I), Planès et Ciccolini, pour ne citer que quelques éminents interprètes de cette musique inlassablement fascinante.

Ilić parvient cependant à joindre les meilleurs interprètes de ces pièces suggestives et acoustiquement lucides. Il joue avec un sang-froid admirable et savoure clairement les pouvoirs suggestifs et expressifs de chaque pièce. Il dispose également d'une large palette de couleurs et de nuances, toutes deux essentielles à la peinture sonore (non pas que ce fût le seul souci de Debussy; les titres de chaque Prélude sont imprimés à la fin du morceau). Son jeu de pédale est tout aussi remarquable, créant parfois une brume bien sentie qui vient contraster avec un jeu plus "propre" - l'ouverture du tout premier Prélude (ici, "Les collines d'Anacapri") en est une parfaite démonstration.

Bien que l'auditeur puisse évidemment écouter chaque Prélude individuellement, il y a quelque chose de très satisfaisant à prendre chaque Livre comme un tout; on dirait qu'Ilić considère chaque Livre comme une entité, les pistes s'enchaînent sans temps mort et semblent liées d'une certaine façon. Mais voici la nouveauté : il ne les joue pas dans l'ordre de publication ! Un tel stratagème pourrait faire hausser plus d'un sourcil, mais son classement est convaincant, et les Livres sont donc compilés à défaut d'être ordonnés.

La créativité du jeu d'Ilić est sans fin, mais il ne sur-joue pas les images ou (lorsqu'il survient) le potentiel sentimental; il n'exagère pas non plus les pièces plus dramatiques (comme "Ce qu'a vu le vent d'ouest", ici numéro 9 du Livre I plutôt que 7) et son articulation est impressionnante tout du long. En résumé, Ilić joue les 24 pièces en tant que structures musicales avant tout, avec un égard bienveillant pour le potentiel de caractérisation. Certes, "Minstrels" est peut-être trop laconique, mais "La fille aux cheveux de lin" est très tendrement créée. Certains auditeurs seront peut-être déçus par la version plus hâtive que d'ordinaire de "La cathédrale engloutie" - ici dernier Prélude du Livre I (au lieu d'être à la 10ème place) - mais au point culimant de la pièce, sa réserve est opportune et rafraîchissante.

Les pièces du Livre II ne sont pas toujours aussi captivantes - musicalement - que leurs contreparties du premier Livre (une remarque personnelle !). Le raffinement d'Ilić parvient toutefois à s'épanouir dans les créations les plus insaisissables (bien que dans ce nouvel ordre, elles puissent paraître trop regroupées), et son phrasé galbé dans "Brouillards" est fort séduisant.

Il eut peut-être été bon de jouer les Préludes dans un ordre chronologique (si on l'avait connu), ce qui aurait clos le disque (d'après le livret) par "La terrasse des audiences du clair de lune"; Ilić, quant à lui, finit sur "Feux d'artifice" (tel que publié), ici judicieusement cassant et tendu avant de se désagréger en incertitude fantomatique. Il est regrettable que la toute dernière enluminure de Debussy, "Les soirs illuminés par l'ardeur du charbon", n'ait pu être incluse (comme sur les enregistrements de Bavouzet chez Chandos).

S'il faut avoir une réserve, c'est au sujet de la qualité de la prise de son, qui rend un piano quelque peu distant dans une acoustique apparemment très réverbérante (le lieu porte vraisemblablement le nom d'Alfred Cort - un beau présage !). Mais l'oreille s'ajuste et on se rend compte que les sons et les dynamiques sont bel et bien ceux du pianiste

Sur le marché surchargé des Préludes de Debussy, il est difficile de comparer un pianiste à un autre; l'individualité apportée par Ilić donne une disque persuasif, je suis heureux de le posséder et de le recommander.

Classicalsource

Également disponible en numérique :

Ivan Ilic, Préludes de Debussy

Itunes

Emusic

Amazon

Fnac